Les pistes pour une diversification alimentaire réussie

Entre 4 et 6 mois, la plupart des bébés découvrent l’alimentation solide. Cette période charnière peut être vécue avec beaucoup de stress par les parents. Mais il faut garder à l’esprit qu’un enfant ne se laisse pas mourir de faim (sauf en cas de traumatisme). Abordez la diversification alimentaire plus sereinement avec ces quelques pistes.

Choisir entre la diversification classique et la DME

Depuis quelques années, la DME, diversification menée par l’enfant, bouleverse les codes. Ce mode d’alimentation du jeune enfant indique en effet d’introduire directement des morceaux à partir de 6 mois (bébé doit tenir assis dans sa chaise haute) et de se passer des classiques purées ou compotes. Les avantages ? Une découverte des textures et des saveurs plus fine, un développement précoce de la dextérité, plus de facilité dans la préparation des repas, une autonomie favorisée dans la prise des repas… Mais cette façon non conventionnelle de diversifier l’enfant ne doit pas se faire au petit bonheur la chance.

A découvrir également : Achat d’une grenouillère pour bébé : quels sont les éléments à prendre en compte pour éviter les erreurs ?

Avant d’adopter la DME, il est indispensable de bien se renseigner pour que la pratique soit sécuritaire. Ce mode d’alimentation est également privilégié chez les enfants allaités, ce qui n’est plus le cas d’une partie des bébés de plus de 6 mois.

La diversification classique a quant à elle fait ses preuves. Dans l’idéal, il faudrait pouvoir préparer des purées et compotes à base de végétaux biologiques, mais les marques de petits pots permettent aussi un dépannage bien pratique pour les parents actifs. Les fruits et légumes introduits en premier sont typiquement la carotte, la courgette, la pomme, la poire, la pomme de terre ou la courge. Libre à vous d’essayer d’autres saveurs selon la saison, en fonction de la tolérance digestive de bébé.

A lire aussi : Quel utilitaire pour transporter les vélos?

Opter pour une chaise haute sécurisée et évolutive

Bien installé, bébé pourra avaler ses purées en toute sécurité. La présence d’un harnais n’est pas une option. Elle vous permettra de vous absenter 10 secondes, le temps de chercher une cuillère, un yaourt ou un essuie-tout.

Tout pour réussir la diversification alimentaire de bébé

Il existe désormais des chaises hautes très design, qui s’intègrent à merveille dans les intérieurs contemporains. La marque Stokke, notamment, propose des éléments compatibles entre eux pour créer la chaise haute de vos rêves, élégante, évolutive et très tendance.

Quels couverts choisir pour bébé ?

Les cuillères classiques ne sont pas faciles à manipuler avant 1 ou 2 ans. Si vous voulez aider votre enfant à se nourrir seul, vous pouvez lui acheter des cuillères à manche inversé, ou avec un manche très court, qu’il pourra saisir et porter seul à la bouche.

Pas de pression, le lait reste l’aliment majeur de bébé

Tant qu’il tète toujours autant et prend ses biberons sans se faire prier, votre enfant a quasiment tous les apports nutritionnels dont il a besoin. Essayez donc de voir la diversification comme une invitation, une découverte, et non comme une façon de « remplir » bébé à tout prix. Moins il y aura d’enjeux émotionnels autour de l’alimentation, mieux la diversification se passera.

Il refuse la compote à 5 mois, jette tous ses aliments par terre à 9 mois ? Votre tout-petit alterne différentes phases de développement. Il peut avoir beaucoup d’appétit un jour, puis être gêné par ses dents le jour suivant. Rappelez-vous que l’équilibre alimentaire s’obtient sur une semaine, et que le lait reste l’aliment majeur de l’alimentation avant 12 mois.

La fréquence et les quantités à respecter lors de la diversification alimentaire

Lorsque bébé commence à découvrir de nouveaux aliments, vous devez bien doser les quantités. Effectivement, la diversification alimentaire ne doit pas se faire au détriment du lait maternel ou infantile qui reste l’aliment majeur jusqu’à un an.

Vous devez débuter par de petites portions pour éviter tout risque d’intolérance ou d’allergie. Il est aussi recommandé de proposer les aliments solides après une tétée afin que bébé soit rassasié avant toute chose.

La fréquence des repas varie en fonction de l’âge et des besoins nutritionnels de bébé. Lorsqu’il commence la diversification alimentaire vers 6 mois, on peut lui proposer un seul repas par jour, puis augmenter progressivement le nombre en fonction de ses besoins et réactions aux différents aliments.

À partir de 8 mois environ, bébé peut commencer à prendre deux repas solides par jour, accompagnés toujours du lait maternel ou infantile adapté. Puis vers 10-12 mois, il sera temps d’introduire le goûter avec une compote ou un petit pot, suivi d’une tétée.

Vous devez demander conseil auprès du pédiatre pour toute interrogation sur la diversification alimentaire !

Les aliments à privilégier et à éviter pour une diversification réussie

La diversification alimentaire est une étape importante dans la vie de bébé. L’introduction des aliments solides doit se faire progressivement et en douceur pour éviter tout risque d’allergies ou d’irritations digestives.

Il y a des aliments à privilégier pour assurer une diversification réussie, ainsi que ceux à éviter. Voici quelques conseils pratiques :

Les aliments à privilégier :
• Les légumes : carottes, courgettes, petits pois, brocolis…
• Les fruits : pommes cuites, poires mûres, bananes écrasées…
• Le riz et les pâtes bien cuits
• La viande blanche (poulet ou dinde) et le poisson maigre

Les aliments à éviter :
• Les produits sucrés comme les biscuits ou les bonbons qui peuvent causer des caries dentaires
• Les boissons sucrées comme les sodas qui ne sont pas adaptées aux besoins nutritionnels de l’enfant
• Les fruits exotiques trop acides tels que l’ananas ou la mangue qui peuvent irriter le système digestif immature du nourrisson.

Pensez à bien prêter attention aux préparations culinaires. Pour cuisiner sainement pour votre bout de chou, il faudra favoriser la cuisson vapeur plutôt que la friture, par exemple.

Rappelez-vous aussi qu’il faut être patient. ‘Ne vous découragez pas si bébé ne mange pas beaucoup au début’, cela est normal. Il prendra petit à petit goût à tout et appréciera la diversité de saveurs que vous lui offrez. En cas d’inquiétude, n’hésitez jamais à demander conseil auprès du pédiatre.

En suivant ces quelques conseils pratiques, vous serez en mesure de réussir facilement la diversification alimentaire de votre enfant !

ARTICLES LIÉS